Mot-clé - analyse peu absurde

Fil des billets

vendredi 3 février 2017

Quel est la possible tactique de M. Fillon ?

Si Fillon jetait l'éponge, il devrait attendre au moins cinq ans ou dix ou l'éternité pour retrouver une chance de devenir président de la République.

De plus, il perdrait beaucoup de poids politique donc d'influence au sein de son parti mais aussi au sein des institutions y compris judiciaires.

Il aurait ainsi moins de pouvoir pour peser sur les conclusions de l'enquête et, ou, d'un éventuel procès.

Bref, laisser tomber, cela ferait plaisir à beaucoup de monde mais accroîtrait ses ennuis.

En refusant de partir et en demandant "quinze jours" à ses électeurs, à ses partisans et aux membres de Les Républicains, cela lui évite évidemment ces inconvénients mais aussi, cela lui permet de "jouer la montre".

Il connaît le torrent médiatique où un évènement chasse l'autre. Il suffirait de deux ou trois catastrophes, nationales ou internationals, qui viendraient faire la Une des médias pour que son affaire soit moins suivie.

De plus, tant qu'il est en position de présidentiable, cela lui donne aussi davantage de moyens pour, pendant cette période, mieux organiser sa défense et, peut-être, infléchir les rigueurs de l'enquête en cours.

Notons en passant que bon nombre d'éléphants socialistes préfèreraient la victoire de Fillon à celle de Hamon, on a vu l'absence réelle de soutien, malgré le blabla, de plusieurs caciques du PS dont Hollande.

En attendant, il peut multiplier, et ses avocats, et sa "garde rapprochée", des déclarations d'une mauvaise foi stupéfiante pour toute personne un peu raisonnable mais déclarations irréalistes et irrationnels qui galvanisent ses "fans" aveuglés.

Ainsi donc, sauf fort peu probable soudaine mise en examen, il n'est pas impossible que M. Fillon reste dans la course électorale aussi longtemps que possible, ce qui obligera bon nombre de ses adversaires, ou adhérents écoeurés, de son propre parti, à le soutenir quand même, faute de moyens de le déboulonner.

A moins que ses adversaires internes gagnent en taille critique, assez pour le démissionner.

En conclusion, la tactique de M. Fillon vise essentiellement à empêcher lesdits adversaires à atteindre cette taille critique, notamment en essayant de les diviser mais aussi en mobilisant ses adhérents de base. Ce qu'il a déjà prévu de faire en leur demandant de distribuer quatre millions de tracts qui le défendent...

Le pire s'étant révélé souvent sûr en 2016, il un deuxième tour Fillon - Le Pen reste donc toujours possible.

mardi 10 mai 2016

49.3


Le 49.3 sera 1 point de plus à droite pour M. Valls de droite droite mais 49.3 points de moins à gauche
pour M. Hollande de gauche droite.


courbes_d__x.jpg


© photo anonyme publiée sur facebook

vendredi 25 mars 2016

déchéance du travail

95 % des gens de gauche pensent que M. Valls est de droite.

95 % des gens de droite pensent que M. Valls est de gauche.

Beau travail, monsieur le Président !

Mais pour qui ?


banquise-ours-polaire.jpg


© photo wikimedia creative commons

jeudi 24 mars 2016

Comment réagiraient les musulmans si des terroristes chrétiens se faisaient sauter au milieu d’eux ?


Comment réagiraient les musulmans si des terroristes chrétiens se faisaient sauter au milieu d’eux ?

Imaginez un jeune Occidental, venant ici se faire sauter au milieu d’une de nos places publiques au nom du christianisme. Imaginez que deux gratte-ciels se soient effondrés dans une capitale arabe et qu’un groupe extrémiste chrétien, en vertu de préceptes arriérés, ait revendiqué cet acte, tout en voulant imposer partout les règles de la Chrétienté, selon son interprétation, afin de vivre comme au temps de Jésus et de ses disciples, afin de mettre en application certains édits d’un érudit chrétien.

Imaginez que vous entendiez les voix des moines et des prêtres dans des églises et des salles de prière à l’intérieur du monde arabe, hurlant des insanités contre les musulmans, les appelant infidèles, et scandant: « Dieu, éliminez les musulmans et battez les tous ».

Imaginez que nous ayons régularisé un grand nombre d’étrangers en leur offrant des visas, des cartes d’identité, une citoyenneté, de bons emplois, l’éducation gratuite, la sécurité sociale et les soins gratuits, etc. Et que plus tard un membre d’une de ces communautés soit sorti, aveuglé par la haine et la soif de sang pour tuer nos fils dans nos rues, dans nos bâtiments, dans nos rédactions, dans nos mosquées et nos écoles.

Imaginez un Français ou un Allemand à Paris ou à Berlin kidnappant son voisin musulman afin de l’égorger, puis de congeler froidement sa tête, comme un terroriste l’a fait avec la tête d’un américain il y a quelques années à Riyad.

Imaginez que nous visitions leurs pays comme touristes et qu’ils nous tirent dessus, fassent exploser des voitures à côté de nous et fassent connaître leur opposition à notre présence en chantant: « chassez les musulmans de notre pays et de notre culture! »

Ces images sont impensables pour le terroriste arabe ou musulman parce qu’il a la certitude, ou avait la certitude, que l’Ouest est une terre d’humanisme et qu’un citoyen occidental refuserait de répondre de cette manière aux crimes barbares des terroristes musulmans. Malgré les actes de terrorisme d’Al-Qaeda et de Daech (ou État Islamique), nous, les musulmans, vivons sur les terres occidentales depuis des années sans peur ni inquiétude.

Des millions de touristes musulmans, d’immigrants, d’étudiants et de demandeurs d’emplois vont dans les pays de l’Ouest, dont les portes leur sont ouvertes et les rues sans danger.

Pour combien de temps encore ? Aujourd’hui les choses ont changé. La colère des pays de l’Ouest contre les musulmans est évidente, et leurs responsables font des déclarations fracassantes. Comme Donald Trump, qui réclame qu’on empêche les musulmans d’entrer aux USA.

Il est étrange que nous les musulmans, nous permettions de condamner ces déclarations alors que nous nous refusons à en traiter les causes, et notamment l’implication d’extrémistes dans nos programmes politiques, notre éducation, nos régimes, sans en avoir honte. Il est étrange que nous condamnions l’Occident sans vouloir balayer devant notre porte, sans voir la façon extrémiste avec laquelle nous interprétons la Charia, sans voir nos comportements profondément réactionnaires à travers le monde. Il est étrange que nous condamnions le monde entier plutôt que de lui présenter nos excuses.

Comment réagiriez vous si un Européen faisait sauter un théâtre dans votre ville, ou un café que votre fils fréquente ? Que feriez-vous si vous entendiez des critiques violentes contre votre religion, contre votre foi, tous les dimanches, comme les chrétiens l’entendent émanant de nos imams les vendredis et les autres jours ?

Imaginez vous vivre à Amsterdam, Londres ou New York et savoir que les étudiants y apprennent durant leur cursus que vous êtes un infidèle et que vous tuer c’est faire une guerre sainte, qui vous permettra d’obtenir des vierges au paradis. Resteriez-vous jusqu’à l’été ? Où partiriez vous ? Vous feriez-vous exploser comme le font les terroristes musulmans ou vous contenteriez-vous de retenir votre rage et d’interdire aux chrétiens d’entrer dans les pays arabes. Que feriez-vous ?

Imaginez la guerre qui pourrait éclater si les Occidentaux oubliaient leurs valeurs pour venger les crimes commis par les étrangers, et si un contre-radicalisme chrétien ou occidental se développait dans nos villes arabes ?

Aujourd’hui, avec tout ce qu’il se passe, certains « spécialistes » du monde arabe passent un message pathétique, et ressassent en permanence la même chose à des millions d’auditeurs : ces musulmans qui ont commis des actes terroristes ne représentent pas l’islam, mais seulement eux-mêmes.

C’est la seule chose que nous sachions faire : nous dédouaner de toute culpabilité.

Nadine Al-Budair

© http://www.breizh-info.com/2016/03/10/40216/nadine-al-budarr-journaliste-saoudienne-boxe-monde-musulman

samedi 5 mars 2016

Traité secret, Traité en blanc.

Les raisons de stopper TAFTA !

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : Nos normes plus strictes que les normes américaines et que les « normes internationales » (niveaux de pesticides, contamination bactérienne, additifs toxiques, OGM, hormones, etc.), pourraient être condamnées comme « barrières commerciales illégales ».

GAZ DE SCHISTE : Les gouvernements européens ne réglementeraient plus les exportations de gaz naturel vers les nations TAFTA. La fracturation hydraulique pourrait devenir un droit pour les sociétés qui pourraient exiger des dommages et  intérêts auprès des nations qui s’y opposent.

EMPLOI : Les entreprises souhaitant délocaliser dans les états concernés par le projet TAFTA où les salaires sont inférieurs, seraient protégées. L’Inspection et le code du travail devenant illégaux, plus de préavis de licenciement. Pôle emploi devrait être privatisé ou serait attaqué en justice par les sociétés d’intérim pour concurrence déloyale. Les conséquences du TAFTA sur le taux de chômage en Europe ne seraient que néfastes.

SANTÉ & RETRAITES 
: Les médicaments pourraient être brevetés plus longtemps, les groupes pharmas pourraient bloquer la distribution des génériques. Les services d’urgence pourraient être privatisés. Les Assurances privées pourraient attaquer en justice les CPAM pour concurrence déloyale. Les retraites par répartition pourraient être démantelées, les compagnies d’assurances se substitueraient aux CRAM,ARRCO, AGIRC…

EAU & ÉNERGIE 
: Ces biens seraient privatisables. Toute municipalité s’y opposant pourrait être accusée d’entrave à la liberté de commerce, idem pour l’énergie, qu’elle soit fossile, nucléaire ou renouvelable. La sécurité nucléaire serait réduite. Le prix du gaz et du kW seraient libres.

LIBERTÉ & VIE PRIVÉE 
: Grâce à la révolte publique, les sociétés espérant enfermer et monopoliser l’Internet ont échoué l’année dernière à faire adopter leur ACTA répressif ; des textes plus pernicieux sont dans le TAFTA.

SERVICES PUBLICS 
: Le TAFTA limiterait le pouvoir des États à réglementer les services publics tels que : services à la personne, transports routiers, ferroviaires, etc. et réduiraient les principes d’accès universel et large à ces besoins essentiels.

CULTURE & PRODUCTION ARTISTIQUE 
: Les gros producteurs d’audiovisuel pourraient interdire les productions privées ou professionnelles à faible budget comme youtube, vimeo, dailymotion, les financements collaboratifs seraient rendus illégaux. Les musées nationaux perdraient leur droit de préemption sur les trésors artistiques nationaux au profit de collectionneurs privés.

ENSEIGNEMENT 
: Les universités privées pourraient attaquer en justice l’Éducation nationale pour concurrence déloyale. De la maternelle au doctorat, les sociétés privées contesteraient aux écoles, cantines scolaires et resto U, toutes subventions municipales, régionales ou nationales.

*TAFTA : Trans-Atlantic Free Trade Agreement


© https://stoptafta.wordpress.com/stopper-tafta-pourquoi/


lundi 7 décembre 2015

Que choisir, qui choisir ?

La gauche devrait avoir des élus dans toutes les régions donc se maintenir partout.

Le contraire désespérerait les derniers électeurs de gauche qui n'auraient là une assemblée uniquement de droite et d'extrême-droite, et plus aucune voix pour se faire entendre.

Imaginez que pour eux ce serait comme si cela se passait au niveau national, s'il n'y avait plus un seul député de gauche à l'Assemblée.

Les régions nouvelles sont beaucoup plus fortes, il vaut mieux déjà y raisonner autrement que du temps des départementales.

Une posture morale donnerait davantage de pouvoir à toute la droite sans pour autant excuser les nombreuses fautes économiques de Manuel Valls.

samedi 11 juillet 2015

Les propositions grecques sont-elles une "capitulation" ?

"Et à propos, ces fameuses propositions grecques, sont-elles bien une "capitulation", comme l'affirme une presse unanime, y compris l'un de nos invités, Romaric Godin (La Tribune), un des journalistes français qui connait le mieux le dossier (et qui, bizarrement, n'est pas invité sur les plateaux)."

Daniel Schneidermann, Gazette d'@rrêt sur images, n° 395.

(Hey, m'sieur Schneidermann, "une" presse unanime, ça veut dire quoi ? Si c'est unanime, c'est toute LA presse. Si c'est UNE presse, c'est pas unanime…)


Capture_d_ecran_2015-04-30_a_11.24.30.png


Je pense que ce n'est pas du tout une capitulation "comme l'affirme une presse unanime", l'oeil fixé sur le texte et l'esprit fermé sur le contexte.

D'ailleurs, le premier signe en est justement ce "comme l'affirme une presse unanime", ce qui est louche d'ainsi vouloir nous aveugler.

Même si ces propositions grecques reprennent tout ou partie des exigences des créanciers, plusieurs choses ont changé grâce au référendum de dimanche dernier 5 juillet :

  • Le peuple grec s'est approprié le problème, a dû y penser, en débattre, lire, chercher, s'informer. Ce n'était plus des négociations qui "lui passaient au-dessus de la tête". Et tout le monde entier s'informe davantage sur les problèmes qui le concernent quand il peut y changer quelque chose. Sinon, cela reste vague, c'est loin, on n'y peut rien, on gobe les mensonges médiatiques, on s'en fiche, à quoi bon.
  • Tsipras en est sorti bien plus renforcé.
  • Yanis Varoufakis, l'ex ministre des Finances, le couvre mieux de l'extérieur du gouvernement car il peut dire ce qu'il pense et tirer à boulets rouges sur les cupides ultralibéraux allemands de droite dure (esclavagistes conservateurs intransigeants de leur propre peuple).
  • Les efforts de son programme sont ainsi bien plus remarqués et valorisés. Ce n'est plus un homme politique, un peuple, un pays, humiliés et qui étaient obligés de devenir l'esclave des créanciers. Son "oui" a maintenant bien plus de poids.
  • Bien plus de poids pourquoi ? Mais pour obtenir bien plus de crédits en échange, mais aussi une restructuration de la dette que Tsipras réclamait depuis des mois auprès de ces crétins sourds de la Troïka. Il aura fallu ce référendum pour leur déboucher les oreilles.

Bravo Tsipras, joli jeu, intelligent et très fin.
Tactique hyper mobile face aux positions rigides,
trop rusée pour les chiens de garde médiatiques hurleurs.

© photo de la galette, photo des galettes (prises à Pont-Aven)

vendredi 10 juillet 2015

Moi président, je préfère m'enfouir, ça va péter.

AFP_REGIS_DUVIGNAU.jpg

Le président déclare à notre grand large reporter de l'ADI :

On croit que c'est nous qui faisons la loi. Faux. Ce sont les lobbies qui font la loi.

Et là, c'est le bordel.
Car AREVA, c'est la cata.

Ils ont laissé construire le coeur de la cuve nucléaire d'EPR à Flamanville en sachant qu'elle était défecteuse. Ainsi, ça paie deux fois les fournisseurs.

Un, pour construire jusqu'au bout la cuve fichue dès le début, et on le savait, j'insiste. Deux, pour tout recommencer.

Héhé, sont malins. Une cuve pour le prix de deux.

Ça fait du bien à Bouygues TF1 en béton, la télévision électorale.

C'est tellement le bordel à Areva, que c'est EDF qui reprend l'affaire. Qui dit reprise dit fusion dit nouveau bordel dans l'organisation.

Et pour surveiller de près les procédures de haute sécurité, le bordel, c'est pas l'idéal. Chacun va tirer dans son coin. Ordres et contre-ordres, petits prés carrés des petits chefs où il faut pas mettre le nez. On ne maîtrise plus les amis, tout fout le camp.

D'ailleurs, vous imaginez la force du lobby qui a réussi à nous obliger enfouir dans la loi Macron un amendement sur l'enfouissement des déchets radioactifs, sans la moindre discussion au Parlement.

Cela dit, ça va nous rapporter un petit peu de sous, un peu plus de 200 millions d'euros, c'est toujours bon à prendre, ça nous fait plus de trois jours de paiements des intérêts de la dette publique, agios qui nous coûtent plus de 60 millions par jour.

Pagaille de construction, pagaille d'organisation, pagaille législative, pagaille de sécurité technique… au bout de la pagaille, c'est le chaos, et au bout du chaos, c'est le boum.

Feriez mieux d'aller vous enfouir en Tunisie, les amis, ce sera bientôt bien moins dangereux.

Ouais, sinon, les déchets nucléaires, ce sera vous.

A bon entendeur, salut !

N'espérez pas que je reste encore après 2017, cet amendement sauvage et méchant, c'est mon auto-coup de grâce, mais sérieux, c'est quand même mieux que l'auto-coup de grâce du Discours de Grenoble où Sarko voulait enfouir les étrangers.

Salut, salut, salut !


INFOS > Accrochez-vous, lisez tranquillement, cela vaut le coup pour comprendre les coulisses de ce coup de force.

  • SCHEMA SIMPLIFIE, les contrôles étant financiers, politiques ou les deux : L'Etat contrôle EDF qui contrôle AREVA qui contrôle l'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) qui contrôle le CIEGEO (centre industriel de stockage géologique) qui contrôle le site d'enfouissement de Bure dans la Meuse.
  • Ayant recourt au 49-3 pour faire approuver une troisième fois la loi Macron par l’Assemblée Nationale, le gouvernement a entre-temps accepté d’enrichir la loi d’un amendement sur les déchets radioactifs. A l’initiative du sénateur de Moselle, Gérard Longuet (Les Républicains), l’amendement entérine le projet d'enfouissement des déchets radioactifs Cigeo (Centre industriel de stockage géologique) situé à Bure (Meuse). < leparisien.fr/politique/un-amendement-sur-les-dechets-radioactifs-glisse-dans-la-loi-macron-09-07-2015-4931853.php & ouest-france.fr/dechets-radioactifs-lenfouissement-est-autorise-bure-3549090
  • L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) chargé de la gestion des déchets radioactifs en France. < wikipedia.org/wiki/ Agence_nationale_pour_la_gestion_des_déchets_radioactifs

Sa signature est « La maîtrise des déchets radioactifs ».

Placée sous la tutelle des ministères chargés de la Recherche, de l'Industrie et de l'Environnement, l'ANDRA mène de façon complémentaire une mission industrielle, une mission de recherche et une mission d'information.

Le financement de l'ANDRA est assuré en majeure partie par les producteurs de déchets radioactifs.

L'ANDRA assure la maîtrise d'ouvrage du projet Cigéo de stockage souterrain de déchets radioactifs à vie longue.

  • Le financement de l'Andra provient :

1. Des producteurs de déchets radioactifs

(EDF, Areva, CEA, hôpitaux, centres de recherche) :

- via des contrats commerciaux (pour l'enlèvement des déchets et l'exploitation et la surveillance des centres de stockage),

- via une taxe pour les recherches et études sur l'entreposage et le stockage des déchets HA et MA-VL (96.6M€ en 2008) : cette taxe (dite taxe « de recherche ») additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base (INB) est collectée par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), et versée sur le « Fonds Recherche » géré par l'Agence.

2. D'une subvention publique

(4.5M€ en 2008) accordée par l'Etat pour la réalisation de ses missions d'intérêt général (réalisation et publication de l'Inventaire national des matières et déchets radioactifs présents en France, collecte et prise en charge d'objets radioactifs à usage familial et assainissement de sites pollués par la radioactivité lorsque les responsables sont défaillants).

< andra.fr/pages/fr/menu1/l-andra/qui-sommes-nous-r/financement-38.html

  • Note 22 : Avances conditionnées < Rapport financier, AGENCE NATIONALE POUR LA GESTION DES DECHETS RADIOACTIFS, Page 35/51

La convention de financement et de suivi de la construction du Laboratoire souterrain et des études de qualification des milieux géologiques en vue de l'implantation d'un stockage profond, qui est entrée en vigueur au 1er janvier 1999, stipule que les sommes versées par les producteurs (CEA 17 % - Areva NC 5 % - EDF 78 %) sont susceptibles d'être prises en compte, dans le cas où les recherches menées aboutiraient à la création d'un centre de stockage en profondeur.

Dans le cadre de cette convention, la participation des différents producteurs au financement des dépenses d'investissements pour la construction du laboratoire souterrain s'élève en valeur brute à 204 189 k€ à fin 2013. < http://www.andra.fr/download/site-principal/document/editions/549.pdf

jeudi 2 juillet 2015

la tyrannie de l'euro, la haine de la démocratie



jeunes_grecques.jpg

(habillons cette image comme il faut)

L’euro, ou la haine de la démocratie.

par Frédéric Lordon, 30 juin 2015 ; extrait.

(…) la Troïka ne demande pas qu’un objectif global, mais aussi la manière.

Il n’est pas suffisant que la Grèce s’impose une restriction supplé- mentaire de 1,7 point de PIB, il faut qu’elle la compose comme il faut.

Par exemple l’augmentation du taux d’imposition sur les sociétés de 26% à 29%, ainsi que la taxe exceptionnelle de 12% sur les profits supérieurs à 500 000 euros ont été refusées par la Troïka au motif qu’elles étaient… de nature à tuer la croissance ! – ou quand l’étrangleur déconseille à ses victimes le port du foulard.

En revanche la Troïka tient beaucoup à ce qu’on en finisse avec la petite allocation de solidarité servie sur les retraites les plus pauvres – le décile inférieur a perdu jusqu’à 86 % de revenu disponible de 2008 à 2012 (1) … c’est donc qu’il reste 14 bons pourcents : du gras !

Elle refuse la proposition grecque de taxer les jeux en ligne, mais demande la fin du subventionnement du diesel pour les agriculteurs – des nantis. Et tout à l’avenant.

Les institutions de la haine politique.

On pourrait se perdre à l’infini dans ces détails qui disent tous le délire idéologique additionné d’instincts sociaux meurtriers – au sens presque littéral du terme, car rompre avec le fléau du gouvernement par abstractions macroéconomiques demande de prendre connaissance du tableau des conditions concrètes d’existence de la population grecque à l’époque de l’austérité, entre baisse de l’espérance de vie, explosion du taux de suicide, effondrement de la qualité des soins, etc (2).

On pourrait dire tout ça, donc, mais on n’aurait pas dit l’essentiel, qui tient à une forme de haine politique, comme il y avait jadis des haines religieuses, mais, fait inédit, une haine politique institutionnelle, une haine portée par des institutions.

Depuis le premier jour, les institutions européennes n’ont pas eu d’autre projet que de faire mordre la poussière au gouvernement Syriza, d’en faire, par un châtiment exemplaire, une leçon à méditer par tous les autres pays qui pourraient avoir à l’idée eux aussi de ne pas plier (…)

©lic texte complet > http://www.les-crises.fr/leuro-ou-l...

Notes

(1) Philippe Légé, « Ne laissons pas l’Europe écrire sa tragédie grecque », Note des Economistes Atterrés, 30 avril 2015.

(2) Sanjay Basu et David Stuckler, « Quand l’austérité tue », Le Monde diplomatique, octobre 2014.

dimanche 3 mai 2015

fièvres

549301_499580463526526_6249628255789750493_n.jpg

Le FN sert surtout d'épouvantail aux politiciens incapables de réfléchir aux problèmes de fond de la société française (lutte des castes, poids des banques, hiérarchies sourdes, dialogue social inexistant, énarchie imbécile…) donc de la réformer AVEC les gens et non contre eux superficiellement.

Daniell Schneidermann a montré sur son site @si que les scores du FN n'était guère dû à un nombre accru de leurs électeurs, à peu près constant depuis longtemps, mais à la démission des électeurs "républicains".

Hollande a gagné parce que plus personne ne voulait de Sarko. Idem pour la deuxième élection de Chirac. Les politiciens sourds, et particulièrement Valls, le roi de la langue de bois et de la pensée creuse, refait le même coup en criant Au loup. Du coup, cela va-t-il lui donner vie ?

Je ne pense pas que le risque soit réel mais la situation internationale est tellement instable et dégénérescente que tout peut arriver.

Les Femen ont raison d'attirer notre attention et de susciter le débat. Certes, en manifestant contre le FN de manière aussi bruyante, elles le médiatisent davantage.

Mais ne pas parler d'une maladie, n'est pas le moyen de la guérir. Les Femen sont le thermomètre, le FN le symptôme, le corps social le malade.

Quant au politicien borné par ses certitudes dangereuses, il prêche contre le symptôme plutôt que d'écouter le malade, le soigner et le guérir.

L'idéal serait en effet une VIème République. Dommage que Mélenchon ne soit pas un aigle.

© photo Femen France qui la commente ainsi : "Pour une fois, Jean-Marie a dû être content que les FEMEN interrompent un discours FN." < https://www.facebook.com/francefeme...

dimanche 30 novembre 2014

Pourquoi M. Sarkozy a-t-il introduit une demande secrète d'asile politique à l'île de Ré ?

deforestation.jpg

Hypothèse 1.

M. Sarkozy continue sa fuite en avant en poussant vers l'extrême-droite et provoque ainsi une scission de l'UMP. Il rallie fièrement le FN mais dès qu'il y est inscrit officiellement avec ses alliés, ceux-ci sont largement courtisés par Mme Le Pen pour isoler M. Sarkozy dont il ne lui reste plus qu'à faire une bouchée. Définitivement humilié, le double ex s'enfuit à l'île à hue et à dia.

Hypothèse 2.

Le score de M. Sarkozy à la présidentielle de l'UMP, pour lui tragique, prouve son visible déclin et enclenche une spirale descendante.

Ses soutiens, officiels ou officieux, prennent de plus en plus de distance. Son pouvoir réel décroît inexorablement.

Des langues se délient. Il peut de moins en moins suivre, surveiller, retenir des éléments peut-être gênants pour la douzaine d'affaires en cours qui le concernent.

Une puis deux puis trois puis n… de ces affaires se concluent mal pour lui et lui réservent un sort funeste bien avant 2017, et l'espoir déjà bien mince de reprendre le BigPower (pour à nouveau tout étouffer).

Comme M. Copé, sa démission est réclamée par les militants mais aussi par les dirigeants de l'UMP.

M. Sarkozy renâcle aussi longtemps que possible mais il finit lui aussi par s'enfuir à l'île de Ré-fugiés.

© photo biorussia

jeudi 27 novembre 2014

UMP, le grand pardon.

tigre_furieux_face_yeux_bleus.jpg


Si M. Sarkozy est élu dimanche, ce sera formidable. Pour ses finances mais pas pour celles de l'UMP, déjà en quasi faillite.

Comme président de l'UMP, M. Sarkozy pourrait passer l'éponge sur les 4 millions d'euros que M. Sarkozy et l'UMP risquent fort de devoir à l'UMP dans la liquiditation de Bygmalion.

En plus des 300.000 € que doit déjà M. Sarkozy, malgré ses nombreuses conférences à l'étranger qui lui sont payées 100.000 € chacune en moyenne.

Et alors que de petits retraités militants ont sacrifié des économies lors du fameux "Sarkothon" (reportages France 2) pour payer à sa place.

Après quoi, il pourra fonder un autre parti et laisser l'UMP déposer le bilan ou accabler ses successeurs - MM. Lemaire, Juppé, Fillon...

Votez honnête, votez Lemaire.


© photo biorussia

Voir les détails dans Le Canard Enchaîné de ce mercredi 26 novembre 14, page 3.

dimanche 16 novembre 2014

scénario plausible pour 2017

Hypothèse :

Pas de fort leader à gauche, donc Juppé président.

Analyse :

Pôle extrême-droite : ticket Le Pen -Sarkozy (qui a franchi la ligne hier, de manière irréversible, cette fois).

Pôle centre-droit : Juppé, les centristes, Valls et les socialistes de droite.

Pôle centre-gauche : les Verts, les Radicaux de gauche de gauche, les socialistes de gauche. Leader ?

Pôle extrême-gauche : Front de Gauche, PC, Lutte Ouvrière… Mélenchon ? Pierre Laurent ?

mardi 11 novembre 2014

Comment choisir un site de streaming payant ?

C'est facile.

1/ Quand la hot-line est payante, plus le site a de problèmes techniques, plus les clients doivent appeler le numéro surtaxé, plus le site gagne de l'argent.

2/ Quand la hot-line est gratuite, plus le site a de problèmes techniques, plus les clients doivent appeler le numéro gratuit, plus le site perd de l'argent.

Conclusion simple.

Avant de souscrire un abonnement à un site de streaming payant, vérifiez soigneusement le coût de la hot-line.

1/ Si elle est payante, vous aurez plein de bugs très régulièrement.

2/ Si elle est gratuite, vous aurez très peu de bugs, voire pas du tout.

__David_Hotline.jpg

(plus lisible en cliquant ici > http://espaceclient.canalplus.canal... )

Hot-line de Canal Plaie : 1 € pour 3'. Vu qu'ils proposent une prise en main à distance, cela fait environ 30' au moins soit au moins 10 € pour 1 appel pour un abonnement de 8 € mensuel. Où est le lézard ?


NB - Cette logique du profit au détriment des clients et du personnel (moins il est formé, plus longue sera la communication) est évidemment aussi valable pour nombre de sites autres que de VOD. Avec une exception très remarquable : le service Apple Care d'Apple, d'ailleurs forfaitaire peu cher (environ 40 € par an quel que soit le nombre de communications).

mardi 23 septembre 2014

la cote de F. Hollande va bientôt remonter


Marilyn_rouge.jpg


Passée la surprise de retrouver Nicolas de Funès sur nos écrans, il nous reste ses mêmes gesticulations, ses mêmes J'ai toujours dit la vérité alors que je suis en train de vous mentir effrontément et de vous prendre pour des demeurés, demeurés à 2007 plus particulièrement, ses mêmes tics, ses mêmes violences et explosions de fureurs de se voir contredit, ses mêmes agressions de l'autre ("Vous êtes un drogué de l'actualité ? Vous n'avez aucune mémoire ?").

Mais oui, nous, nous avons de la mémoire, justement nous, Mister Ex.

Et votre retour nous rappelle nombre de magouilles, casseroles, échecs, dépenses effrénées en faveur des riches très riches, arrogances, trucs et manipulations, mépris et insultes des gens, de vos propres ministres, karchër, pauvres cons, crocs de bouchers, chasses aux Roms, corruptions diverses, trafics d'influences… plus de dix affaires dans lesquelles votre nom apparaît.

Tout à coup, avec votre retour, tout nous revient d'un coup.

Comme une seule image d'un film peut nous rappeler tout le film.

Comme une madeleine peut rappeler tout une vie.

Et, par contraste, nous voyons travailler notre brave monsieur Poulidor, avec son logiciel un peu démodé et ses costumes fripés sous la pluie.

Mais surtout, tout à coup encore, nous sentons que, malgré toutes ses erreurs d'apprenti président et son positionnement bancaire fait de renoncements, que malgré tout, il nous respecte profondément.

En cela, il réalise ce que vous avez toujours dit sans le faire et ce que demandait le foisonnant Jacques Attali : "Ce que demandent les Français, ce que demandent les gens en général, c'est d'abord du respect".

Je cite de mémoire car nous avons de la mémoire.

Oui, grâce au cirque que nous annonce le magnétiseur des médias en manque d'électricité, et de personnalités qui "crèvent l'écran", vraiment, et sans que des sondages aient déjà été publiés depuis dimanche soir, j'ai l'impression que la cote de François Hollande va bientôt remonter. On parie ?


ADI, Paris 18:38,
mardi 23 septembre 2014.

dimanche 21 septembre 2014

autre scénario possible du Sarko show

http-__media.rtl.fr.jpg


1/ "Balai nouveau est toujours beau". Ballet nouveau aussi. La danse des courtisans enthousiastes finit par lasser le public donc lasser les danseurs.

2/ Sarko veut "refonder l'UMP de fond en comble" = créer un parti dans lequel il n'y aura plus d'obligation de primaires pour les présidentielles.

3/ Les casseroles de Sarko continuent à faire du bruit, les spectateurs électeurs voient que rien n'a vraiment changé, qu'il est inchangeable et que ce sera de nouveau des années de combines et de rapines.

4/ Juppé continue de placer ses hommes (Bernadette Chirac a déjà désavoué la démarche de Sarko, Bernadette est un homme malgré le leurre du sac à main). Juppé s'ancre davantage au centre. Fillon aussi.

5/ Sarko rencontre de plus en plus de résistances ; des soutiens d'aujourd'hui qui le débinaient hier (voir page 1 du Canard de cette semaine) prennent à nouveau leurs "distances".

6/ Ça fiche Sarko en pétard, il fait de plus en plus de bruit, se rapproche de l'extrême-droite. La droite modérée le quitte d'autant plus, et plus vite, que Juppé monte dans les sondages, Fillon aussi.

7/ Les Juges et Enquêteurs découvrent de nouvelles preuves de corruption.

8/ Le président plus normal plus honnête dit "M'enfin quand même c'est bien triste et c'est pas bien du tout".

9/ Sarko tire de tous côtés, tous aux abris !

10/ Juppé & Fillon annoncent un ticket commun pour 2017. Celui qui l'emportera travaillera avec l'autre. Ambiance fair-play qui excite le dictateur amateur venu de l'est.

12/ Sarko pète les plombs. "Trop c'est trop, c'est lui". Il se fait virer des instances supérieures. Il s'enfuit sous les cailloux.

Fin du deuxième retour (le premier, ce fut après la défaite de Balladur).

A suivre : un troisième retour mais à l'extrême-droite ?

© photo media.rtl.fr

jeudi 18 septembre 2014

ECOSSE, oui ou non ?

Ce serait bien que les Ecossais votent leur indépendance.

Cela affaiblirait la droite anglaise et l'Angleterre, puissant moteur des néo-libéraux en Europe qui ont freiné et freinent une Union un peu plus juste socialement.

Mais cela me semble peu probable, compte-tenu de l'importance des retraités dans l'électorat et des crispations conservatrices dans un environnement mondial très instable. L'inconnu fait davantage peur.

D'autant plus que la candeur des reporters autorisés (sur les médias français) était rafraîchissante de répéter sans sourciller, sans doute comme leurs confrères écossais - mais ceci serait à vérifier - que les principales banques ont prévenu sans ambages : si le Oui l'emportait, elles déménageraient en Angleterre.

C'est beau, c'est bien, c'est grand, de voir qu'il reste dans le monde quelques banquiers courageux éthiques décidés à renoncer, par patriotisme bien compris, aux milliards de £ qui jaillissent de la mer du Nord.

Banques, médias, partis anglais, reine d'Angleterre, principales entreprises (aussi crédibles dans leurs menaces de déserter leurs profits), retraités effrayés… tout cela fait bien des obstacles pour des dirigeants de centre-gauche.

SARK VADOR, Star Wars.

Le frétillement des journalistes-groupies fait plaisir à voir.

Le SarkoShow est de retour, pour 3 ans ou 8 ou 13… dans l'arène, encombré comme Spartacus par toutes ses casseroles.

Car si en deux ans, les juges n'ont rien réussi, que pourront-ils ou voudront-ils encore ?

Et quel est le politicien français qui a le plus de puissants alliés sur le plan international dans notre village mondial ?

Et voilà...

mercredi 3 septembre 2014

Comment Pôle Emploi détruit l'emploi.

1/

  • Moins il y a de travail, plus il y a de chômeurs.
  • Plus il y a de chômeurs, plus les salaires baissent.
  • Donc moins il y a de travail, plus les salaires baissent.
  • A condition que de plus en plus de chômeurs cherchent des emplois de plus en plus rares.
  • Donc, pour aider davantage les employeurs, le ministre du travail des socialistes de droite veut punir les chômeurs qui ne cherchent pas du travail activement, même inutilement.

Résumé. Le ministre veut que la concurrence entre chômeurs soit de plus en plus grande pour que les salaires soient de plus en plus bas.

2/

  • Plus les salaires baissent, plus les travailleurs en poste, qui sont un peu mieux payés pour le même emploi, se font virer.
  • Plus les anciens se font virer, plus l'entreprise perd mémoire, expérience et transmission, plus elle détruit les compétences.
  • Plus les compétences baissent, plus les salaires peuvent encore baisser.

Résumé. Plus il y a de chômeurs, moins il y a de fierté à bien faire son travail.

3/

  • Plus il y a de concurrence entre chômeurs, entre salariés, entre salariés et chômeurs, plus le salaire baisse, plus la compétence baisse, plus la qualité du travail baisse, plus les pauvres sont pauvres, plus les riches sont riches.

Résumé. On se fait bien baisser par le ministre et ses agents, po l'emploi !

INFO > "Sus aux assistés ! Le ministre du Travail François Rebsamen veut des demandeurs d’emploi actifs et motivés. Mardi matin, sur I-Télé, il a donc demandé à Pôle Emploi d’ouvrir l’œil pour mieux repérer les éventuels tire-au-flanc. ''

«Il n’est pas possible, dans un pays qui est en difficulté d’avoir des gens qui ne cherchent pas de travail», a-t-il jugé. ''

«Donc je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles».

Un objectif qui exige «un état d’esprit différent, des convocations et des vérifications, sinon on est radié.»'' "

©lic > http://www.liberation.fr/economie/2...

4/

  • Plus le nombre de chômeurs radiés augmentent, plus le travail au noir augmente, plus les salaires peuvent encore baisser, et les diverses charges sociales, et le droit du Travail.

Résumé.

- clients > - travail > + chômeurs > + concurrence > - salaires > - compétences > + dépression > + travail au noir > etc, etc.

Vidéo 27" du ministre, clic > http://api.dmcloud.net/embed/4e7343...

jeudi 31 juillet 2014

génocide

Capture_d_ecran_2014-07-14_a_13.03.27.jpg

Dans une lettre ouverte intitulée, «Génocide», l'acteur espagnol Javier Bardem demande aux Etats-Unis de condamner les actions militaires d'Israël dans la bande de Gaza. Ce manifeste a été signé par les plus célèbres personnalités espagnoles issues du 7e art.

Publiée sur le média El diaro, cette tribune s'inscrit comme la plus retentissante prise de position du monde culturel sur le conflit. Lors du festival du Film de Jérusalem, un groupe de réalisateurs israéliens avait demandé lors d'une émouvante conférence de presse l'arrêt des actions militaires, mais le ton était moins virulent.

La tribune de Javier Bardem

« Face à l’horreur de ce qui est en train de se produire à Gaza, il n’y a de place ni pour une égale distance ni pour une neutralité de principe. C’est une guerre d’occupation et d’extermination contre un peuple sans moyens, confiné sur un territoire minuscule, sans eau, et où les hôpitaux, les ambulances, les enfants sont innocents et présumés terroristes. Difficile à entendre et impossible à justifier. Honteuse est la posture de la communauté internationale occidentale de permettre un tel génocide.

Je ne comprends pas cette barbarie que les horribles antécédents du peuple juif rendent encore plus difficilement compréhensible. Seules les alliances géopolitiques, ce masque hypocrite des affaires – comme par exemple, la vente d'armes - expliquent la position honteuse des États-Unis, de l'UE et de l'Espagne.

Je sais que les voix habituelles s’élèveront pour délégitimer mon droit à l’opinion avec des thématiques personnelles, c’est pourquoi je veux éclaircir les points suivants :

Oui, mon fils est né dans un hôpital juif parce j’ai des gens très proches autour de moi qui sont juifs, et parce qu’être juif ne signifie pas être sioniste ni approuver ce massacre, de même qu’être hébreu ce n’est pas la même chose qu’être sioniste, et qu’être palestinien ce n’est pas être un terroriste du Hamas.

Oui, je travaille également aux Etats-Unis où j’ai des amis et des connaissances hébreux qui rejettent de telles interventions et politiques d’agression. «On ne peut pas invoquer la légitime défense lorsqu’on assassine des enfants», me disait l’un d’entre eux par téléphone hier encore. Et d'autres encore avec qui je discute ouvertement se retrouvent sur nos positions.

Oui, je suis européen et j’ai honte d’une communauté qui prétend me représenter avec son silence et qui n’éprouve aucune honte.

Oui, je vis en Espagne où je paye mes impôts et je ne veux pas que mon argent finance des politiques qui appuient cette barbarie et le commerce de l’armement avec des pays qui s’enrichissent en tuant des enfants innocents.

Oui, je suis indigné, honteux et meurtri par tant d’injustice et l’assassinat d’êtres humains. Ces enfants sont nos enfants. C’est l’horreur. Puisse la compassion s’emparer des cœurs de ceux qui tuent et que disparaisse ce venin assassin qui ne crée que davantage de haine et davantage de violence. Que ces israéliens et ces palestiniens qui ne rêvent que de paix et de convivialité puissent un jour en partager l’accomplissement. »

Javier Bardem

Capture_d_ecran_2014-07-26_a_19.57.10.png

© texte > http://www.leparisien.fr/laparisien...

- page 1 de 4