Analyses peu absurdes

Quelquefois, rire n'est plus suffisant pour réfléchir, il faut réfléchir pour rire...

Fil des billets

samedi 19 mars 2016

les tas d'urgences de l'état d'urgence

De: "francetv info" <alerte@nl.francetvinfo.fr>
Objet: Alerte info : "Salah Abdeslam a affirmé qu'il voulait se faire exploser au stade de France", déclare le procureur de Paris. Suivez notre direct
Date: 19 mars 2016 18:59:39
Répondre à: "francetv info" <contact@nl.francetvinfo.fr>

50 minutes plus tard, nouvelle alerte.

De: "francetv info" <alerte@nl.francetvinfo.fr>
Objet: Alerte info : Tournoi des six nations : regardez en direct France-Angleterre avec francetv sport
Date: 19 mars 2016 20:50:27
Répondre à: "francetv info" <contact@nl.francetvinfo.fr>

lundi 7 mars 2016

cours d'économie valls hollandaise

Après avoir détruit la gauche et le parti socialiste, notre grand calife, notable notaire expert compable, et son conseiller spécial droite gauche droite le grand vizir, s'attaquent résolument à EDF.

De 2007 à 2016, EDF a perdu 87 % de sa capitalisation boursière, maintenant à 19 milliards.

Pourtant, suite à ses négociations avec David Cameron, François Hollande exige que EDF offre une garantie de 23 milliards à l'Angleterre, avec la construction de deux centrales nucléaires EPR (qui sont des goufres financiers et d'incertitudes technologiques mais aussi écologiques quant à leur réelle sécurité, et leurs "rejets").

Soit 4 milliards de plus que sa capitalisation ! L'Etat est actionnaire à 85 % d'EDF. Sont aussi en jeu, plus de 150.000 emplois.

Détails et sources.

1/ 2007

EDF devient la première capitalisation boursière française. Sa capitalisation atteint 141 milliards contre 140,4 milliards pour Total. EDF a été introduite en Bourse fin 2005 à 32 euros. Depuis le début de l'année, il affiche un gain de plus de 40% contre 9% pour le DJ Stoxx Utilities. UBS a relevé son objectif de cours de 80 à 100 euros en insistant sur les atouts du groupe dans le nucléaire. (boursier.com)

2/ 2015

EDF est exclu du CAC 40 dix ans après son entrée en Bourse, le 21 novembre 2005, et au terme d’un parcours boursier chaotique. C’est un coup très dur. La réaction de ses dirigeants a été lapidaire. Dans un communiqué, ils rappellent que l’entreprise reste « la 22e capitalisation boursière en France », mais qu’elle ne dispose « que d’un flottant limité à 15 %, ce qui explique la décision d’Euronext ». EDF est un poids lourd de l’économie, avec ses 160 000 salariés et ses 72,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014. Il représente aussi un tiers du portefeuille que l’Etat détient dans les entreprises cotées. (lemonde.fr)

3/ 2016, maintenant.

Cotation du 07/03/2016 à 10h04 Action chute à € 9,890 -8,85% Capitalisation : 18,99 Md€ (Boursorama)

EDF plonge de -10% vers 9,81E sur la démission du directeur financier (Mr Th.Piquemal) qui juge que le groupe n'a pas les moyens d'assumer la construction de 2 EPR en Angleterre (centrales d' Hinkley Point)... un projet de 23MdsE alors que la capitalisation d'EDF est inférieure à 20MdsE. (CercleFinance.com)

4/ 2017, 2018, avenir à court terme

Visiblement, l'opinion du directeur financier est largement partagée par les syndicats. Ceux ci dénoncent depuis des semaines un volet industriel intenable, avec une construction prévue sur 72 mois. En outre, comme le directeur financier, ils estiment que ce projet pourrait signer l'arrêt de mort pur et simple d'EDF en cas de coup dur financier. (Le Parisien)

Tous ces articles sont accessibles par ici https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=edf+capitalisation+boursière

samedi 5 mars 2016

Traité secret, Traité en blanc.

Les raisons de stopper TAFTA !

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : Nos normes plus strictes que les normes américaines et que les « normes internationales » (niveaux de pesticides, contamination bactérienne, additifs toxiques, OGM, hormones, etc.), pourraient être condamnées comme « barrières commerciales illégales ».

GAZ DE SCHISTE : Les gouvernements européens ne réglementeraient plus les exportations de gaz naturel vers les nations TAFTA. La fracturation hydraulique pourrait devenir un droit pour les sociétés qui pourraient exiger des dommages et  intérêts auprès des nations qui s’y opposent.

EMPLOI : Les entreprises souhaitant délocaliser dans les états concernés par le projet TAFTA où les salaires sont inférieurs, seraient protégées. L’Inspection et le code du travail devenant illégaux, plus de préavis de licenciement. Pôle emploi devrait être privatisé ou serait attaqué en justice par les sociétés d’intérim pour concurrence déloyale. Les conséquences du TAFTA sur le taux de chômage en Europe ne seraient que néfastes.

SANTÉ & RETRAITES 
: Les médicaments pourraient être brevetés plus longtemps, les groupes pharmas pourraient bloquer la distribution des génériques. Les services d’urgence pourraient être privatisés. Les Assurances privées pourraient attaquer en justice les CPAM pour concurrence déloyale. Les retraites par répartition pourraient être démantelées, les compagnies d’assurances se substitueraient aux CRAM,ARRCO, AGIRC…

EAU & ÉNERGIE 
: Ces biens seraient privatisables. Toute municipalité s’y opposant pourrait être accusée d’entrave à la liberté de commerce, idem pour l’énergie, qu’elle soit fossile, nucléaire ou renouvelable. La sécurité nucléaire serait réduite. Le prix du gaz et du kW seraient libres.

LIBERTÉ & VIE PRIVÉE 
: Grâce à la révolte publique, les sociétés espérant enfermer et monopoliser l’Internet ont échoué l’année dernière à faire adopter leur ACTA répressif ; des textes plus pernicieux sont dans le TAFTA.

SERVICES PUBLICS 
: Le TAFTA limiterait le pouvoir des États à réglementer les services publics tels que : services à la personne, transports routiers, ferroviaires, etc. et réduiraient les principes d’accès universel et large à ces besoins essentiels.

CULTURE & PRODUCTION ARTISTIQUE 
: Les gros producteurs d’audiovisuel pourraient interdire les productions privées ou professionnelles à faible budget comme youtube, vimeo, dailymotion, les financements collaboratifs seraient rendus illégaux. Les musées nationaux perdraient leur droit de préemption sur les trésors artistiques nationaux au profit de collectionneurs privés.

ENSEIGNEMENT 
: Les universités privées pourraient attaquer en justice l’Éducation nationale pour concurrence déloyale. De la maternelle au doctorat, les sociétés privées contesteraient aux écoles, cantines scolaires et resto U, toutes subventions municipales, régionales ou nationales.

*TAFTA : Trans-Atlantic Free Trade Agreement


© https://stoptafta.wordpress.com/stopper-tafta-pourquoi/


dimanche 30 novembre 2014

Pourquoi M. Sarkozy a-t-il introduit une demande secrète d'asile politique à l'île de Ré ?

deforestation.jpg

Hypothèse 1.

M. Sarkozy continue sa fuite en avant en poussant vers l'extrême-droite et provoque ainsi une scission de l'UMP. Il rallie fièrement le FN mais dès qu'il y est inscrit officiellement avec ses alliés, ceux-ci sont largement courtisés par Mme Le Pen pour isoler M. Sarkozy dont il ne lui reste plus qu'à faire une bouchée. Définitivement humilié, le double ex s'enfuit à l'île à hue et à dia.

Hypothèse 2.

Le score de M. Sarkozy à la présidentielle de l'UMP, pour lui tragique, prouve son visible déclin et enclenche une spirale descendante.

Ses soutiens, officiels ou officieux, prennent de plus en plus de distance. Son pouvoir réel décroît inexorablement.

Des langues se délient. Il peut de moins en moins suivre, surveiller, retenir des éléments peut-être gênants pour la douzaine d'affaires en cours qui le concernent.

Une puis deux puis trois puis n… de ces affaires se concluent mal pour lui et lui réservent un sort funeste bien avant 2017, et l'espoir déjà bien mince de reprendre le BigPower (pour à nouveau tout étouffer).

Comme M. Copé, sa démission est réclamée par les militants mais aussi par les dirigeants de l'UMP.

M. Sarkozy renâcle aussi longtemps que possible mais il finit lui aussi par s'enfuir à l'île de Ré-fugiés.

© photo biorussia

dimanche 16 novembre 2014

scénario plausible pour 2017

Hypothèse :

Pas de fort leader à gauche, donc Juppé président.

Analyse :

Pôle extrême-droite : ticket Le Pen -Sarkozy (qui a franchi la ligne hier, de manière irréversible, cette fois).

Pôle centre-droit : Juppé, les centristes, Valls et les socialistes de droite.

Pôle centre-gauche : les Verts, les Radicaux de gauche de gauche, les socialistes de gauche. Leader ?

Pôle extrême-gauche : Front de Gauche, PC, Lutte Ouvrière… Mélenchon ? Pierre Laurent ?

samedi 14 juin 2014

Statut des intermittents et Traité Transatlantique, analyse noire.

Puis, aimant la dialectique et me controverser aussi pour aiguiser la langue et la pensée, je me dis : et si ? et si non ? Un comble ! Tandis que l'autre creuse.

Plusieurs ministères ont un budget réduit de 1%. Mais celui de la Culture, déjà bien maigrichon, et, après toutes ses dépenses de fonctionnement, encore plus chagrin pour la création, est réduit de 2,6 %.

Les nouvelles "réformes" contre le statut des intermittents en précariseront (encore plus) gravement près de la moitié. Certes, certains barons ordinaires en seront confortés, et les onctions et avantages qu'ils pourront distribuer à leurs clients et à leur clan. Mais les créations, dans tous les registres, ont souvent les pieds fragiles. Détruire les chevilles ouvrières, c'est casser toute l'oeuvre ou briser sa portée.

Résumé : attaques croissantes et systématiques contre la culture de la part d'un président notaire qui n'aime pas lire, qui n'aime pas écrire, qui n'aime guère le théâtre, le cinéma, les expos... mais essentiellement la gastronomie, la footballonomie et la rondonomie.

Le même président, who's else, demande que soient accélérées les négociations secrètes du Traité Transatlantique. Où l'exception culturelle demeure une exception mais du bout des lèvres et du bout des doigts de beaucoup qui aimeraient la lâcher pour avoir des trucs bien plus friqués en échange.

Or les USA luttent continûment depuis longtemps, depuis très longtemps, depuis la fin de la IIè guerre mondiale, contre le cinéma et, progressivement, les autres productions culturelles européennes. La France est là championne, ou le fut, de la résistance.

Rude chute dure.

Plus on réduit les budgets de la culture,
plus on empêche les artistes de survivre,
plus on sape la production culturelle française donc européenne,
mais discrètement, sans avoir l'air d'y toucher directement,
plus on vide l'exception culturelle européenne de ses contenus,
plus la coquille vidée peut accueillir les beaux coquillages made in USA
(or made in Europe encore de plus en plus moins chère).

Et si, en fait, le président notaire avait une vision politique,
mais bien noire pour une culture en cendres ?

Vive le fast foot !

jeudi 29 mai 2014

guerres, colères & dictatures

IMGP0284.JPG

Je ne pense pas qu'il faille s'inquièter à long terme de la capacité de durer de l'extrême-droite.

Car les régimes autoritaires ou dictatoriaux qu'elle produit ne peuvent se maintenir qu'avec l'appui des militaires mais plus encore, celui des complexes militaro-industriels, les seuls qui aient un réel intérêt à l'avènement de tels régimes.

A condition qu'ils puissent déclencher des guerres d'envergure pour vendre leurs armes.

On ne fait plus des armes pour faire la guerre mais on fait des guerres pour vendre des armes.

Or, les partenaires européens de la France l'empêcheraient de leur… faire la guerre ! Fini, le temps des nazis durs et méchants.

A court terme, toutefois, c'est plus inquiètant. Car la bête est lâchée, et l'autorité délitée du président n'aura plus la force suffisante pour contrer les coups de force et de colère que "la marine" a tout intérêt à impulser ou à accompagner (comme dans les manifs anti mariage pour tous).

Sauf appui réel et marqué des droites et centres républicains. Le voudront-ils, alors qu'ils ont intérêt à ce que le PS soit éliminé par le FN au premier tour des présidentielles ?

Car au deuxième tour, il y aura nécessairement la reconstitution d'un Front Républicain, comme lors de la présidentielle Chirac - Le Pen.

Car si 25% des électeurs ont voté FN, il y en a quand même 75 % qui n'ont pas voté pour lui.

Mais si la droite l'emportait en 2017, cela sera sans doute pour une politique beaucoup plus autoritaire que sociale.

Bref, Mme Le Pen n'aura pas la présidence de la République mais les socialistes la perdront pour longtemps, et le peuple en bavera davantage, toujours plus, car toujours moins de droits, de sous et d'espoirs.

A moins que M. Hollande ne réussisse à inverser ses courbes mentales et à délaisser ses virgules, centimes, coefficients et tableaux pour un changement complet de paradigme d'économie politique.

Soit, en gros, en quelques mots, et fort schématiquement, passer de la macroéconomie au profit des macroentreprises qui détruisent les salaires et s'évadent fiscalement à la microéconomie qui soutient réellement toutes les microentreprises, y compris associatives.

Après tout, l'histoire économique nous apprend, entre autres, que le succès économique de la Chine a eu pour point de départ le retour des petits paysans dans les préoccupations de l'Etat, et la libération de leur énergie a récréé des circuits d'échanges locaux qu'avait écrasés la macroéconomie ratée de Mao.

Président Moa, prenez en donc de la graine ! aimerions-nous dire gentiment et non sans cet humour duchmollesque que vous aimeriez tant aimer.

Votre dévoué,
Docteur Valentin O Groucho Duchmoll,
avec la très-puissante Irma Duchmoll.

Citation : "O, j'ai donné mon sang pour la France, et vous ?"


IMGP0285.JPG

lundi 3 février 2014

Crise pour les pauvres = Soldes pour les riches.

05sphereCodebarre-CW.jpg

"La crise dans laquelle l’Europe et le monde occidental s’est précipité a eu une conséquence peu connue du grand public et parfaitement logique d’un point de vue historique et économique, la vente du patrimoine des états.

Il est ainsi possible depuis plusieurs années moyennant de très larges finances d’acquérir des palais, des hôtels particuliers ou encore des ports entiers.

News360x vous propose un aperçu de la grande braderie européenne qui a été entamée depuis plusieurs années."

Suite ici > http://news360x.fr/compilation-vent...

© photo commons.wikimedia

samedi 1 février 2014

S'indigner pour le chat ou contre la pieuvre ?

148934_516842691670809_1730509497_n.jpg

Un chat torturé, la pieuvre brune des fachos...

Les deux suscitent l'indignation, mais aussi les dizaines de mauvaises nouvelles chaque semaine.

Personnellement, ma capacité d'indignation fond comme la banquise, je vais devoir prendre davantage de magnésium et de vitamines C et D pour pouvoir continuer à râler vigoureusement.

Une heure sur facebook, et ça bombarde de tous les côtés, tous les pays, tout le monde, manifs, pétititions, révoltes, répressions, agressions, crises, injustices, dépression, casse sociale, massacre des ressources...

Environnement ? cassé, bombé. Tolérance, bombée. Etrangers, bombés. Afrique, bombée. Poissons, requins, baleines, thinocéros, éléphants, bombés. Pauvres, bombés. Amazone, bombée. Chiens chinois, torturés, bombés.

Au milieu de tout ce monde, tout bombé, tout cassé, une seule chose, un seul objet, un seul être subsiste : le chat d'internet. Encore mieux que le vrai car éternel.

Icône coloriée, variée, polymorphe et sacrée. Le chat, doux mais mystérieux, intelligent mais gaffeur, sauvage mais domicilié, félin dangereux mais ronronneur gracieux.

Un chat, tout le monde sait ce que c'est, c'est concevable, cela peut même se toucher, être sauvé.

Alors que des milliers de casseurs et de bombeurs, parmi des dizaines de nouvelles cassées, c'est trop.

Alors quand un débile urbain jette un chat en l'air (comme un petit rural le fait depuis des siècles), non. Et quand en plus, il le tape contre un mur, c'est insupportable. C'est un insupportable accessible, en quelque sorte.

Cette indignation-là devient le concentré et l'expression de toutes les indignations.

Pas touche à mon icône.

Et bientôt l'iCône 666.

© photo biorussia

infos > http://www.franceinfo.fr/faits-dive...

mardi 28 janvier 2014

Bientôt le gaz de schiste ?

► 1 - GAZ DE SCHISTE

Les gouvernements européens ne réglementeraient plus les exportations de gaz naturel vers les nations TAFTA.

La fracturation hydraulique pourrait devenir un droit pour les Sociétés qui pourraient exiger des dommages et intérêts auprès des nations qui s’y opposent.

★ TAFTA ★

En 2013, l’UE et les USA ont entamé des négociations en vue de conclure un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement, le TAFTA.

Ce serait l’un des accords de libre-échange et de libéralisation de l’investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.

Or il se négocie dans l’opacité la plus totale.

Même les Etats ne peuvent accéder aux documents de négociation.

Alors que cet accord pourrait avoir des conséquences considérables dans bien des domaines (agriculture, énergie, internet, services,…).

Il vise en effet le démantèlement ou l’affaiblissement de toutes les normes qui limitent les profits des entreprises, qu’elles soient européennes ou états-uniennes et inscrit le droit des multinationales au dessus de celui des Etats.

Faisons dérailler ces négociations pour stopper le projet d’accord !

Cette page facebook a pour but de créer un collectif qui dépasse la droite et la gauche et qui réunit des citoyens opposés au Grand Marché Transatlantique.

©lic > https://www.facebook.com/pages/NON-...

Voir aussi :

Lors d'un débat au Sénat, l'ensemble des partis a émis de vives critiques à l'encontre du Partenariat Transatlantique en négociation avec les Etats-Unis.

Le gouvernement tente de défendre les atouts de l'accord.

Suite ici > http://www.euractiv.fr/innovation-e...

A suivre…

2 - SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
3 - EMPLOI
4 - SANTÉ & RETRAITES
5 - EAU
6 - ÉNERGIE
7 - LIBERTÉ & VIE PRIVÉE
8 - SERVICES PUBLICS
9 - CULTURE & PRODUCTION ARTISTIQUE
10-ENSEIGNEMENT

mardi 12 novembre 2013

Quel prochain Premier ministre ?

Ayrault est trop pote avec son ami président pour le contredire fermement. Hollande devrait donc, dit-on, changer rapidement, avant les municipales et les européennes plutôt qu'après le désastre annoncé pour le PS. Donc il est peu probable qu'il le fasse. Mais si jamais, qui ?

Valls l'autoritaire populaire serait renoncer mais à nouveau satisfaire la droite mais risquer de se faire souvent ridiculiser poliment par lui, comme dans l'affaire Leonarda où après avoir créé le problème, Valls en fit endosser la mauvaise solution au président.

Montebourg a besoin d'une dizaine d'années encore pour être un bon John Fitzerald Kennedy bien mûr.

Aubry ferait bien tourner la boutique, avec autorité, ce serait un bon gage centre gauche, mais vu sa personnalité cela deviendrait rapidement une sorte de cohabitation. Dans ses légendaires colères froides et cassantes, Martine pourrait même distribuer des fessées.

Ségolène a besoin d'une vingtaine d'années encore pour sortir des discours automatiques et pour raccourcir ses phrases des trois-quarts.

Mélenchon, ce serait tellement courageux et tellement à gauche, que c'est déjà fini.

Fabius se débrouillerait bien mais sa faible popularité due à ses casseroles qui feraient toujours beaucoup de bruit rendrait sa fonction sans doute trop difficile, il devrait sans cesse prouver qu'il ne fera plus de çonneries, ce qui n'est pas le poste idéal pour cela.

Taubira serait un choix formidable sauf qu'elle risque de se tuer à la tâche dans un climat de haine qui sera abondamment développé par l'extrême-droite (voir la nouvelle et pitoyable "une" de Minute).

Bon, bhein, en fait, je n'en vois plus qu'un de crédible : Betrand Delanoë, centre un peu à gauche, mais rigoureux et de pensée claire, malgré ses colères chaudes.

Je suis impatient d'entendre l'avis de Thomas Legrand, excellent analyste politique, à ce sujet sur France Inter, demain vers 07h40, puisqu'il a annoncé ce matin qu'il en parlerait.

D'autant que, s'il dramatise ainsi son intervention (il n'en dit rien la veille d'habitude), c'est qu'il a probablement des sources insistanttes sur cette éventualité, plus proche dès lors que ce que l'on pense.

mercredi 23 octobre 2013

les ministres sont des enfants

Capture_d_ecran_2013-10-20_a_11.49.19.png

Au sommet de l'Etat, au Conseil des ministres de l'Elysée, il n'y a ni Liberté, ni Egalité, ni même Fraternité. L'Ancien Régime règne.

Quand vous aurez vu ce documentaire sur le Conseil des ministres (gratuitement jusqu'à dimanche soir), vous comprendrez pourquoi l'administration et l'exécutif fonctionnent aussi mal en France.

"DANS LE SECRET DU CONSEIL DES MINISTRES - La cour du roi." Documentaire | 55'

EN REPLAY sur France 5 / Diffusé le dimanche 20-10-13 à 22:25

clic > http://pluzz.francetv.fr/videos/dan...

Le président de la République infantilise les ministres, les débats sont interdits, les "élèves" jalousent les chouchoux, s'envoient des mots ravageurs ou des calembours stupides...

Aucune vraie réunion ni concertation en direct entre tous, sauf une demi-heure environ par semaine, de manière informelle, avant le Conseil, autour du buffet café et viennoiseries.

Toutes les décisions importantes sont prises par cabinets et hauts-fonctionnaires interposés.

N'importe quelle entreprise privée qui fonctionnerait en accordant aussi peu d'espace de réunion, recherche et concertation à ses cadres dirigeants, coulerait rapidement.

C'est d'ailleurs l'un des problèmes de celles qui se délitent actuellement : trop d'autoritarisme sur les gens pour cacher le manque d'autorité de pensée sur les sujets.

Trop de formalisme obsessionnel pour cacher le manque d'envergure et de réelle ouverture.

Voilà ce qui se passe au sommet de l'Etat. Qui contrôle directement ou indirectement plus de la moitié de l'emploi en France...

Affligeant, et sous tous les présidents, et à gauche comme à droite.

Ministres, encore un effort pour être révolutionnaires !

lundi 21 octobre 2013

président porte-parole de ministre

homme_de_paille.jpg

François Hollande vu par Manuel Valls.

Quand un ministre, quel qu'il soit, prend de plus en plus de poids politique au détriment du président de la République, cela ne prouve pas les qualités de celui-là mais la faiblesse d'exécution de celui-ci, exécution comme pouvoir exécutif.

Seuls deux présidents, de Gaulle et Mitterrand, eurent l'envergure nécessaire pour ne pas se laisser déborder. Et Mitterrand fut sans doute le meilleur, puisqu'il réussit à déborder, lui, son Premier ministre de cohabitation, Chirac.

Chirac, qui avait gommé Giscard, fut lui supplanté par Jospin et Sarkozy. Et celui-ci fut constamment dépassé par le discret Fillon, premier Premier ministre à avoir pu s'imposer pendant un mandat présidentiel complet, périodes de cohabitation exceptées.

François Hollande perd de plus en plus de pouvoir, à cause de lui-même, non à cause de ministres qui s'en emparent, de voir les failles immenses, le vide, la carence d'autorité démocratique.

Le président essaie parfois de regagner son autorité politique par autoritarisme sur ses ministres, soit de la manière la plus stupide qui soit.

Ainsi, Le Canard Enchaîné a rapporté que le président avait fait enregistrer ses règles et consignes de communication, lors d'un Conseil des Ministres. Par magnéto. Une première technique à l'Elysée dans l'histoire de la Vème République.

Ce déclin de son autorité continuera au fil des mois car, cet épisode Leonarda nous l'a révélé de manière brutale (où il est devenu le porte-parole et homme de paille de son puissant ministre), ses hésitations, indécisions et compromis affligeants ne sont pas le grand art politique dont on lui fit longtemps crédit, sans doute d'avoir battu Sarkozy et pour l'en remercier.

A moins qu'au fond de la piscine, il ne donne le coup de talon, quelques ruades seront nécessaires, pour reprendre la main. Non par autoritarisme et formalisme, armes des faibles, mais par un cap clair, des objectifs réels (quantifiés dans des délais précis), des priorités dans les moyens.

Bref, tenir la barre et veiller au grain.

Et s'il n'en est pas capable, d'avoir au moins l'intelligence de prendre un Premier ministre d'envergure, genre Aubry ou Delanoë.

Mais non pas Valls, évidemment, qui ne tient son pouvoir que de ses matraques, de ses pauvres Roms boucs émissaires et de la nostalgie du sarkozysme électro-médiatique. Et qui montrerait le vide de sa pensée policière à la première crise un peu sérieuse, donc, encore, la sottise du président de l'avoir choisi.

Philippe Dohy/.

© photo Audrey Lepetit-Castel Robitaille, fb

vendredi 30 août 2013

la Syrie et la ligne rouge

Ceci n'est pas drôle.
Seulement absurde...

SYRIE. Le "concept" alambiqué de "ligne rouge" montre sa vacuité morale, sa bêtise politique, son mensonge social et son fondement économique cruel.

Vacuité morale, car pour les victimes, mourir en deça ou delà de cette ligne rouge, c'est tristement pareil. Même les souffrances qu'elles peuvent subir en mourant ne sont pas forcément moindres d'un côté ou de l'autre de cette frontière artificielle.

Bêtise politique, car les dirigeants de nos démocraties pensaient pouvoir dicter leur loi aux dictateurs, Attention mon petit gars, si tu touches au foie gras, panpan culcul.

Bêtise politique car ces mêmes dirigeants se servaient de cette daube conceptuelle pour excuser auprès de l'opinion leur absence de soutien aux rebelles de la première heure (avant qu'ils doivent accepter l'aide d'al quaida faute d'en avoir ailleurs). On ne fait rien mais on veille sur la ligne rouge. Si la crapule la franchit, alors on y mettra le paquet panpan cul, croyez-nous, on est si forts qu'on sait retenir notre force.

Son mensonge social, car notre gouvernement si moral et si indigné tout à coup, laisse mourir en France plus de quarante mille personnes par an par les gaz toxiques, en l'occurence les fines particules meurtrières du diesel. Mais c'est pas pareil, c'est seulement non assistance à personnes en danger ? Pour les morts, c'est pareil.

Son fondement économique cruel, car les armes chimiques terrorisent aussi, beaucoup, les puissantes industries de l'armement. Quand quelques centaines d'euros d'armes chimiques ont autant d'effets dégueu que des millions en armes "conventionnelles" (tu parles d'une convention !!), elles cassent les prix du marché de la mort.

De mémoire : 1.500 milliards $ par an ; la France troisième marchand d'armes au monde. On ne fait pas des armes pour faire la guerre, on fait des guerres pour vendre des armes.

L'absurdité des ultra profits, c'est jamais drôle.

mardi 29 janvier 2013

Soyons logiques.

En tant que bisexuel, moi, Arthur Duchmoll, je réclame les mêmes droits que les homosexuels et les hétérosexuels, à commencer par le droit au mariage.

Oui, je voudrais pouvoir me marier avec Charlotte et Sébastien, et pourquoi me l'interdiriez-vous ? Au nom de la bigamie ?

Mais je n'épouserai pas deux femmes ni deux hommes. Ne voyez-vous pas qu'il y a des différences irréductibles entre hommes et femmes ? Si, puisque vous allez devoir promulguer une loi spécialement pour autoriser le mariage entre personne du même sexe.

Nous voulons simplement que notre trio puisse vivre dans la légalité. En quoi ça vous dérangerait ?

Par ailleurs, Charlotte est bi aussi et vit parfois avec Marjorie avec qui elle voudrait se marier. Idem pour Sébastien et Zahia.

Notez que Marjorie et Zahia sont aussi bi et voudraient se marier respectivement avec Paul et Jacques. J'ignore si ceux-ci sont bi mais ça ne me surprendrait pas.

Le plus simple serait que vous autorisiez le mariage pour tous avec tous à volonté.

Ou alors, plus simple encore, que vous supprimiez le mariage.

Merci de votre compréhension intelligente et rationnelle.

lundi 28 janvier 2013

Soyons logiques.


Les homosexuels veulent pouvoir se marier pour avoir autant de droits que les hétérosexuels mariés.

Parce qu'ils ont constaté, fort justement, que les homosexuels mariés ont davantage de droits que les homosexuels non mariés.

Les nouveaux droits pour tous ne concerneront donc pas tout le monde mais seulement les gens mariés.

Chez les homos et les hétéros, les célibataires continueront, eux, à avoir moins de droits que les mariés.

Pourquoi ? Au nom de quels principes moraux, philosophiques ou même fiscaux ?

Ainsi, la ligne de discrimination va changer, passant de "homos/hétéros" à "mariés/non mariés".

Donc ceux qui veulent le mariage accessible à tout le monde renforcent d'autres inégalités.

La seule solution de réelle équité serait que les homos demandent l'abolition du mariage pour tous, surtout pour les hétéros.

jeudi 3 janvier 2013

DIA

DIA, ex Ed, est une chaîne de superettes en région parisienne. Une technique habile y est en usage, du moins dans ceux de leurs magasins que j'ai pu étudier.

  • Afficher tous les prix sur des étiquettes de papier ; appelons-les "prix étiquettes".
  • Changer chaque jour par informatique centrale, depuis le centre, le prix de près de mille références, pour des dizaines de magasins. Sur certains "gros" articles (au-dessus de quinze euros), la hausse peut être parfois d'un euro.
  • Ce prix informatique est automatiquement appliqué par les caisses sans nécessiter d'intervention humaine.
  • Mais les prix étiquettes doivent être changés manuellement (listings, découpages, etc.) par le personnel.
  • Et le personnel doit non seulement changer ces prix mais aussi déballer les palettes, tenir les caisses, nettoyer le magasin, enlever les produits périmés, etc.
  • Mais les effectifs en personnel sont de plus en plus réduits. Tel magasin DIA qui devrait avoir huit salariés, n'en a plus que quatre depuis longtemps.
  • Donc ils n'ont pas le temps de changer chaque jour les prix étiquettes modifiés, ou pas le temps de tous les changer.
  • Donc il y a souvent des écarts entre le prix étiquette annoncé aux clients (ou prix qui n'est tout simplement plus affiché, c'est plus rapide de l'enlever que de le remplacer) et le prix informatique qui leur est facturé.
  • Comme le plus souvent, il ne s'agit que de quelques centimes, le client, qui vérifie rarement son ticket et se rappelle encore plus rarement des prix étiquettes, préfère souvent ne rien dire que de se lancer dans un processus de remboursement qui peut durer un quart d'heure (appel du chef, "vérification" en rayon, annulation, réenregistrement...).
  • Heureusement, bonne nouvelle, le personnel du magasin est intéressé au Chiffre d'Affaires.

Paris, janvier 2013.

mardi 4 décembre 2012

Mousse médiatique, pression politique.


Les 10 raisons pour lesquelles
le Louvre-Lens est un mauvais projet.





Vendredi 3 décembre, la première pierre du Louvre-Lens sera posée par le ministre de la Culture. Nous n’avons pas parlé de ce projet depuis novembre 2008 (voir article). Hélas, même lentement, il avance. Rappelons sans plus les développer, et pour ceux qui auraient manqué la polémique, les dix raisons pour lesquelles ce projet est excessivement mauvais :

1. Les vraies antennes du Louvre sont les musées de province, dont certains ont des dépôts du Louvre qu’ils ne peuvent même pas exposer ; plutôt que de créer un nouveau musée, il aurait mieux fallu aider ceux déjà existants.

2. Lens est loin d’être un désert culturel : Lille est à une demi-heure de train, Arras à un quart d’heure. Soit deux des plus riches musées en France. Arras a encore en réserve de grands Mays qu’il ne peut exposer.

3. La multiplication des expositions (Lens, Abou Dhabi, le Louvre lui-même plus les autres partenariats) va accaparer une grande partie du temps des conservateurs, au détriment des collections permanentes.

4. Ces multiples expositions à Lens et à Abou Dhabi vont entraîner de nombreux transports inutiles d’œuvres, ce qui est risqué et difficilement admissible lorsque la raison du déplacement est discutable.

5. Le coût pour la ville de Lens et la région Nord est très élevé ; compte-tenu de la situation économique, peut-être cet argent aurait-il pu être dépensé de manière plus utile. Bien sûr ce projet a déjà gravement dérapé sur le plan financier. D’un coût de 100 millions d’euros d’investissement et 10 millions de charges de fonctionnement, on est aujourd’hui passé respectivement à 150 millions et 15 millions, soit 50% d’augmentation..

6. Les autres musées du Nord-Pas-de-Calais voient leurs budgets diminuer, car il faut payer le Louvre-Lens.

7. Paris est bien plus facile d’accès à partir de Bordeaux, Pau, Montpellier, Toulouse, Grenoble, Lyon, Dijon, Rennes, Cherbourg... que ne l’est Lens ; la France étant, de par son histoire, un pays centralisé, il sera beaucoup plus difficile pour les habitants des autres régions de se rendre à Lens qu’à Paris, ce qui les privera de nombreuses œuvres, pendant de longues durées.

8. La collection du Louvre ne peut être dépecée comme si elle n’avait pas une cohérence. Il est question par exemple d’envoyer Monsieur Bertin d’Ingres à Lens pendant plusieurs années. Ce tableau - et bien d’autres - manquera évidemment aux cimaises du Louvre.

9. De très nombreuses collections sont en déshérence dans les musées français ; s’il fallait vraiment créer un nouveau musée à Lens, celui-ci aurait pu exposer des œuvres importantes tout en les sauvant, sans priver le Louvre de ses collections.

10. La seule raison pour laquelle le Louvre-Lens a été créé est politique ; il fallait montrer que l’on décentralise. On ne devrait jamais faire de musées pour des raisons politiques.

Didier Rykner,
jeudi 3 décembre 2012.



© http://www.latribunedelart.com/les-dix-raisons-pour-lesquelles-le-louvre-lens-est-un-mauvais-projet-article002344.html
© Photo : Kazuyo Sejima Ryue Nishizawa/ Sanaa, Tim Culbert, Celia Imrey/Imrey Culbet, Catherine Mosbach
© Daniel Schneiderman sur @si > http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=14813

vendredi 10 août 2012

nuisance & nuisance

bachar-el-assad-sarkozy1.jpg

La tactique a été abondamment utilisée par Dominique de Villepin,
et bien d'autres avant lui.

Quand les ennuis judiciaires se rapprochent, le politicien inquiet, et à juste titre, jette une petite bombe médiatique pour avertir les dirigeants en place :

Attention, regardez, comme j'ai encore de l'influence, comme les journaux-perroquets s'empressent de me commenter, et les autres de me critiquer en me prenant au sérieux. En quelques phrases, je crée le ramdam. Imaginez si j'en disais davantage, vous seriez bien embêtés.

Ma capacité de nuisance contre vous reste supérieur à la capacité de nuisance des juges contre moi. Alors dites leur de freiner, ralentir, transférer, recommencer, classer, jeter. Hihi.

Sarko a dit une énorme çonnerie en demandant, avec son héros BHL, une intervention militaire française immédiate en Syrie. Et il est le premier à savoir que c'est idiot de dire cela (et se contredire lui-même), puisqu'il l'a fait exprès.

Dire une immense çonnerie en plein mois d'août était pour lui le meilleur moyen de faire parler de lui, dans le registre politique (qu'il allait abandonner pour toujours, disait-il). Ou alors, il est vraiment bête.

Mais dans les deux cas, on voit à quel point c'est un bonheur d'en être débarrassé à la tête de l'Etat, et à quel point ce serait encore un plus grand bonheur si les juges arrivaient à faire condamner pour ses nombreux agissements illégaux le défenseur de la "peine plancher" et de la morale, mais exclusivement pour les pauvres.

Bref, la meilleure réponse du pouvoir socialiste pour échapper à ce chantage, pitoyable mais pas sans dégâts possibles sur l'opinion peu avertie, serait d'accélérer les investigations judiciaires sur le sujet, de leur donner davantage de moyens.

© photo novopress.info

  • Analyses peu absurdes

vendredi 27 juillet 2012

fin ?

La fin de la planète en 2100 ?


C'est la rumeur qui enflamme la Toile depuis plusieurs semaines : les écosystèmes de la planète pourraient connaître un effondrement total et irréversible d'ici 2100.

A l'origine de cette prophétie apocalyptique, non une secte d'illuminés, un médium en manque de publicité ou le dernier blockbuster américain en vogue.

Non, l'allégation est issue d'une étude de la très sérieuse revue Nature, référence parmi les publications scientifiques.

La thèse ? L'environnement, sous l'effet des dégradations causées par l'homme, pourrait franchir un point de non-retour avant la fin du siècle.


Dans Approaching a state-shift in Earth’s biosphere, les auteurs, 22 chercheurs appartenant à une quinzaine d'institutions scientifiques internationales, alarment sur une perte de la biodiversité de plus en plus rapide et une accélération des changements climatiques.


Selon l'étude, presque la moitié des climats que nous connaissons aujourd'hui sur la Terre pourraient bientôt avoir disparu.

Ils seraient ainsi remplacés, sur entre 12 % à 39 % de la surface du globe, par des conditions qui n'ont jamais été connues par les organismes vivants. Et ce changement s'effectuerait de manière brutale, empêchant les espèces et écosystèmes de s'y adapter.


Les bouleversements des milieux naturels ont toujours existé, rappelle l'étude, que ce soit à une échelle locale - au niveau des bassins ou des récifs coralliens par exemple -, régionale - il y a 5 500 ans, le Sahara était constitué de prairies fertiles - ou planétaire.

La Terre a ainsi connu sept grandes crises : l'explosion cambrienne, il y a 540 millions d'années, les cinq extinctions massives qui ont anéanti pour certaines jusqu'à 90 % de la vie sur Terre et le passage de la dernière période glaciaire à notre époque, il y a 12 000 ans.


Mais alors que l'explosion cambrienne et le réchauffement de l'Holocène ont été déclenchés par des catastrophes naturelles, des changements dans la composition des océans et de l'intensité solaire, une nouvelle pression est aujourd'hui exercée sur les écosystèmes : celle de 7 milliards d'êtres humains - et 9 milliards en 2050.


"A l'époque où la planète est passée d'une période glaciaire à celle actuelle, interglaciaire, des changements biologiques des plus extrêmes sont apparus en seulement mille ans. A l'échelle de la Terre, c’est comme passer de l’état de bébé à l’âge adulte en moins d’une année. 

Le problème, c'est que la planète est en train de changer encore plus vite aujourd'hui
"
, explique Arne Moers, co-autrice de l'étude et professeure en biodiversité à l'université Simon Fraser de Vancouver.


Et la chercheuse de poursuivre : "La planète ne possède pas la mémoire de son état précédent. Nous prenons un énorme risque à modifier le bilan radiatif de la Terre : faire basculer brutalement le système climatique vers un nouvel état d'équilibre auquel les écosystèmes et nos sociétés seront incapables de s'adapter. [...]

Le prochain changement pourrait être extrêmement destructeur pour la planète. Une fois que le seuil critique sera dépassé, il n’y aura plus de possibilité de revenir en arrière."


D'après l'étude, ce seuil correspondrait à l'utilisation de 50 % des ressources terrestres. Or, aujourd'hui, 43 % des écosystèmes terrestres sont déjà utilisés pour subvenir aux besoins des hommes. Un tiers de l'eau douce disponible est par ailleurs détourné pour un usage humain.

Les taux d'extinction des espèces sont à des sommets jamais atteints durant l'ensemble de l'évolution humaine - de 10 à 100 fois le rythme naturel d'extinction constaté par les scientifiques sur une période de 500 millions d'années, alors qu'il pourrait être bientôt 10 000 fois supérieur. Et les émissions de CO2 ont augmenté de 35 % depuis l'ère pré-industrielle du fait de la combustion d'énergies fossiles.


L'évolution de l'utilisation des sols au cours des siècles, alors que la population mondiale augmente :

"Au vu de ces éléments, on peut affirmer qu'un basculement est très plausible au cours du siècle prochain", assure Anthony Barnosky, paléobiologiste à l'université de Californie à Berkeley. Toutefois, d'importantes incertitudes demeurent : "Il s'agit de savoir si ce changement planétaire est inévitable et, si oui, dans combien de temps il surviendra."


Une prudence partagée par nombre de scientifiques qui ont lu l'étude. Pour Brad Cardinal, biologiste à l'université du Michigan, interrogé par le magazine américainWired, cette recherche est probante mais pas concluante : "Ce n’est pas la première fois qu’une étude du genre est publiée. Seul le temps nous permettra de savoir si ces résultats se vérifient ou pas." 

"Il faut se méfier de l’interprétation qui en est faite dans certains médias, selon lesquels la Terre pourrait ne pas atteindre le XXIIe siècle. La planète ne va pas disparaître avant 4 milliards d’années et elle restera habitable bien longtemps encore. Mais les dégradations en cours vont affecter nos conditions de vie"
, tempère de son côté le climatologue Jean-Pascal van Ypersele, vice-président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans une interview au magazine belge Le Vif/L'Express.


Reste qu'un véritablement changement des modes de vie est nécessaire et urgent.

Les 22 scientifiques de l'étude proposent aux gouvernements d'entreprendre quatre actions immédiates :

1/ diminuer radicalement la pression démographique ;

2/ concentrer les populations sur les zones enregistrant déjà de fortes densités afin de laisser les autres territoires tenter de retrouver des équilibres naturels ;

3/ ajuster les niveaux de vie des plus riches sur ceux des plus pauvres ;

4/ développer de nouvelles technologies permettant de produire et de distribuer de nouvelles ressources alimentaires sans consommer davantage de ressources.

Audrey Garric


Suivez mon blog sur Facebook et sur Twitter : @audreygarric.


© photo NASA 
© texte publié sur ecologie.blog.lemonde.fr 

NB Intéressant à comparer au résumé édulcoré de Paris-Match... 
parismatch.com/Actu-Match/Environnemen/La-Terre-s-eteindrait-en-2100


- page 1 de 3